Échanger des services avec du temps : portrait des Accorderies

Thématiques : 
128 lectures

Alpes Solidaires continue son cycle d'exploration des "monnaies locales complémentaires". Aujourd'hui, nous vous offrons un "spin-off" à ce cycle en allant explorer les "monnaies sociales et complémentaires" : basées sur un système d'échange de bien ou de services non monétaires, elles augmentent pourtant le pouvoir d'achat de ceux qui y participent. « Dans cette perspective la monnaie est comprise comme une institution sociale fondamentale de toute société qu’elle soit marchande ou non »(1).

Les Accorderies sont un bel exemple de ces échanges non financiers. Né au Québec en 2002, ce dispositif est un un système d'échange de services mutualisés. Les échanges n'y sont pas monétarisés, mais basés sur des unités de temps : un service rendu pendant une heure abondera un compte-temps disponible pour demander d'autres services à un réseau d'adhérents, les Accordeurs. Le modèle a été importé en France en 2011 avec la création de deux premières accorderies à Chambéry et dans le 19ème arrondissement de Paris. Depuis d’autres Accorderies ont ouvert et de nombreux autres projets sont en cours. Le Réseau des Accorderies de France a lui été créé en 2013 par la Fondation Macif, le Secours Catholique et la Caisse des Dépôts en vue d’appuyer la dynamique d’essaimage et de développement du concept d’Accorderie sur tout le territoire national. Les structures qui se montent sur ce modèle peuvent demander leur affiliation au réseau si elles répondent à certaines règles, comme posséder un local et employé un (et un seul) salarié. Et c'est un concept qui fonctionne ! À ce jour 35 Accorderies font partie du Réseau en France.

En novembre 2017, Alpes Solidaires dressait déjà le portrait de ce système, en exposant la philosophie ainsi que le fonctionnement, en allant notamment à la rencontre de l'Accorderie de Grenoble.  Afin de montrer la dynamique en action, nous sommes retournés les voir afin de constater leurs évolutions. Vous aurez ainsi l'occasion de voir à quel point c'est un projet qui fonctionne !

En parallèle, notre équipe prépare un portrait vidéo, à venir prochainement.

 
[Extrait de notre article de novembre 2017] L'Accorderie : développer le pouvoir d'agir

L'Accorderie de Grenoble

L'Accorderie de Grenoble est portée par l'association l’Échange'heure qui fit la demande du label « Accorderie » en 2013.

Aujourd'hui forte de 400 adhérents et d'une salariée, l'Accorderie de Grenoble occupe de nouveaux locaux au 62 rue général Ferrié, Grenoble. Les Accordeurs ont pour projet d'investir ces lieux en créant notamment une grande cuisine afin de pouvoir organiser des ateliers cuisine et des repas collectifs, pour toujours plus de rencontres et de convivialité !

Toujours en quête de renouveau, l'Accorderie de Grenoble cherche également à développer des activités autour du Zéro Déchet : récupération et réemploi, fabrication de ses propres produits d'entretien et cosmétiques… Autant d'idées qui devraient se concrétiser dans les mois à venir sous forme de services rendus et reçus.

Les nouvelles, en ce mois de mai 2019

Le réseau des Accorderies compte désormais 35 structures au niveau national, dont 16 en région Auvergne-Rhône-Alpes, avec plus de 15.000 adhérents en France. Des liens se tissent entre Accorderies. Il est par exemple possible d'aller passer une nuit à Paris chez un Accordeur en l'échange de 3h de monnaie-temps. En cas de déménagement, le compte-temps crédité est transférable.

L'Accorderie de Grenoble est passée quant à elle de 400 adhérents fin 2017 à 640 aujourd'hui. L'association Échange'heures qui la porte a changé de nom en 2018 pour devenir simplement l'Accorderie de Grenoble, accréditée par le Réseau national des Accorderies.

Le projet de cuisine est toujours en cours pour agrandir l'espace dédié, les travaux en négociation avec le bailleur devraient avoir lieu prochainement. Mais d'ores-et-déjà les Accordeurs se réunissent tous les mardis pour confectionner un repas collectif, grâce notamment à un partenariat avec l'épicerie solidaire voisine Episol auprès de laquelle les Accordeurs récupèrent des invendus de magasins.

Les activités autour du Zéro Déchet ont du mal à démarrer, sans Accordeur pour les porter. Il y a eu tout de même en début d'année un atelier « confection de produits ménagers maison ». Preuve en est que le but du dispositif est qu'il soit participatif : ce sont les Accordeurs qui proposent, l'Accorderie qui fait le lien, le reste des Accordeurs qui dispose...

D'autres ateliers sont nés, notamment autour du bien-être (Pilates, méditation, Yoga ou réflexologie), de l'informatique ou de la couture. La plupart se tiennent de manière hebdomadaire, ce qui prouve l'attachement et l'investissement des Accordeurs à ce projet de « vivre ensemble » !

L'Accorderie de Grenoble ayant un réel lien avec le quartier dans lequel elle s'inscrit, elle tente également de répondre aux besoins qui y naissent. Elle a ainsi mis en place un dispositif intitulé « Terre d'accueil » pour répondre à une demande récente de personnes nouvellement arrivées en France. Porté par un Accordeur référent et très investi, ce dispositif permet d'offrir des cours de français, du soutien scolaire ainsi que des sortie ou juste de la conversation pour s'améliorer en français. C'est une belle preuve que le système tâche de s'adapter aux besoins de ses adhérents de manière personnalisée : les cours collectifs n'étant pas forcément adaptés à une population trop disparate dans son niveau d'apprentissage, le réseau des Accordeurs grenoblois a su mettre en place des binômes pour un apprentissage individualisé.Là réside tout l'esprit de l'Accorderie : mobiliser un réseau collectif pour des besoins particuliers.

 

L'Accorderie de Grenoble diffuse en outre tous les mois sur sa page facebook son programme d'activités mensuel, n'hésitez pas à vous abonner !

Vous pouvez vous rendre sur le site national des Accorderies pour trouver la structure la plus proche de chez vous : http://www.accorderie.fr/. Outre celle de Grenoble, l'Isère a vu se développer des projets aux Avenières (Accorderie des Lônes) et à Pontcharra. Vous en trouverez seize en Auvergne-Rhône-Alpes, signe que la dynamique est bien implantée dans la Région.
 

Notre équipe a passé une journée auprès des Accordeurs de Grenoble. La vidéo arrive bientôt !

 

(1)(Aglietta et Orléan, 1995, 1982 et 1998 ; Théret, 2007 ; Blanc, 2000).

 

Catherine Robert pour Alpes Solidaires

A propos de l'auteur

Alpesolidaires Association

L’association Alpesolidaires a été créée en novembre 2004 et réunit des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) de l’agglomération grenobloise autour d'un projet territorial de l'ESS.
 
Contacter l'association : asso@alpesolidaires.org – 06.68.35.32.22
Contacter l'administration du site :
...

Coordonnées

Maison des associations
6 rue Berthe de Boissieux
38000 Grenoble
Tél : 
06 68 35 32 22
Email