Employeurs ESS, optez pour l’alternance !

Organisations et entreprises de l’Économie Sociale & Solidaire, vous avez besoin d’une aide opérationnelle ou de nouvelles compétences ? Vous envisagiez de recruter mais la crise sanitaire a modifié vos besoins ? Vous souhaitez dénicher de nouveaux profils tout en limitant les coûts ? Avez-vous pensé à l'alternance ?
Plusieurs formations spécialisées dans l’Économie Sociale & Solidaire proposent des cursus en alternance en région et l’État apporte une aide financière exceptionnelle pour toutes les entreprises qui optent pour ce système de formation !
 

En 2020, pour relancer l’alternance, l’État octroie une aide exceptionnelle allant jusqu’à 8 000 €. Cette aide financière bénéficie à toutes les entreprises, pour les contrats signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021. Plus d’informations sur le portail de l’Alternance.


L’alternance, quésaco ?

  • « 5 minutes pour tout comprendre » : Uniformation, OPCO de la cohésion sociale, qui couvre 22 branches professionnelles (animation, action sociale, habitat, mutualité, tourisme social, ateliers et chantiers d’insertion, etc.), a mis en place une plateforme d’information et de simulation sur l’alternance.
L’alternance est un système de formation fondé sur une phase pratique et une phase théorique, qui alternent sur une toute une période, selon un certain rythme. Ce schéma permet de suivre un cursus de formation tout en se formant à un métier et en s’intégrant plus facilement à la vie et à la culture de l’entreprise.
Il existe deux types de contrats : le contrat d’apprentissage (formation générale) et le contrat de professionnalisation (qualification professionnelle) qui répondent tous les deux au même objectif de montée en compétences du salarié. L’alternance est ouverte à de multiples profils, de tous les âges et pouvant relever de différentes situations : jeune de 16 à 29 ans ; jeune de plus de 30 ans préparant un diplôme supérieur à celui obtenu initialement ; demandeur d’emploi de plus de 26 ans ; personne porteuse d’un handicap ; bénéficiaire de dispositifs particuliers - RSA, ASS, AAH, CUI ; créateur d’entreprise.
 
 
Pour les employeurs de l'ESS, l’alternance c’est aussi :
  1. Une réponse professionnelle et adaptée aux besoins : l’alternant participe à l’activité de l'entreprise ESS et représente une aide concrète. C’est également l’apport d’un regard neuf et de nouvelles compétences acquises dans un cursus d’enseignement spécialisé. En outre, certains établisssement proposent un appui renforcé au développement de l’activité de la structure accueillante : par exemple, des modules de formation consacrés au déploiement du projet de l’alternant dans sa structure.
  2. Un coût net employeur réduit et une aide exceptionnelle en 2020 : plusieurs avantages financiers et fiscaux sont proposés à l’employeur qui recrute un alternant (soumis à des conditions selon la taille de l’entreprise et le contrat choisi : crédit d’impôt apprentissage, exonérations de certaines charges salariales et patronales, aide à l’embauche d’une personne en situation de handicap, etc.). Le plus souvent, l’employeur recrute en contrat à durée déterminée le temps de la durée de la formation (contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation).
  3. Un futur potentiel collaborateur formé et immédiatement opérationnel : c’est une bonne méthode de pré-recrutement pour intégrer un futur membre formé aux spécificités de l'activité, aux pratiques et à la culture de l'entreprise ESS. Par ailleurs, le rôle de « tuteur » est valorisant pour un collaborateur.
  4. Un indicateur de gestion RH qui valorise la « raison d’être » et révèle l’impact social et solidaire de la structure : l'alternance permet de mettre en œuvre une politique salariale positive qui peut se mesurer avec l'outil Valor’ESS dans le cadre d'une démarche d’amélioration des pratiques ESS (une telle démarche est une obligation légale découlant de la Loi ESS du 31/07/2014).
 
Comment formaliser un contrat en alternance ?
Pour le contrat d’apprentissage, il doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa FA 13 (et sa notice), signé par l’employeur et l’apprenti (ou son représentant légal s'il est mineur).
Le contrat précise le nom ainsi que les titres ou diplômes du ou des maîtres d’apprentissage. L’employeur atteste de la durée d'expérience professionnelle en relation avec la qualification recherchée.
Pour le contrat de professionnalisation, il doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa EJ 20 (et sa notice). Il est accompagné du document précisant les objectifs, le programme et les modalités d’organisation et de sanction de la formation.
Au plus tard dans les 5 jours suivant la conclusion du contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, l’employeur envoie les documents à l’opérateur de compétences (OPCO) dont il dépend. L’OPCO rendra ensuite une décision de prise en charge financière de la formation et donnera un avis sur la conformité du contrat.
Généralement, les organismes de formations propose un accompagnement pour mener à bien les démarches administratives liées au montage du contrat.
 
Pour aller plus loin :

A propos de l'auteur

Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire Auvergne-Rhône-Alpes.

La Chambre Régionale de l'Economie Sociale et Solidaire d'Auvergne-Rhône-Alpes, le moteur d'une économie responsable

Depuis la loi ESS de 2014, les Chambres Régionales de l'Economie Sociale et Solidaire sont les associations mandatées par l'Etat pour représenter tous les acteurs de l'ESS. Au nombre de 8 réparties sur l'ensemble du

...

Coordonnées

11 rue Auguste Lacroix
69003 Lyon
Tél : 
04 78 09 11 97
Email