Formation : Réaliser une conférence gesticulée - Présilly (74)


Thématiques : 
1475 lectures
En 2016, nous organiserons une formation intitulée : « Monte ta conf' ! Réaliser une conférence gesticulée ».

En quoi ça consiste ?

La formation proposée est un processus qui consiste à ramasser de la matière (savoirs froids) sur un sujet qu'on souhaite décortiquer et analyser en revenant à ses racines tout en faisant part d'expériences personnelles (savoirs chauds) par rapport à ce sujet. Le tout est agrémenté d'humour et d’auto-dérision pour aboutir à un atterrissage politique (ce qu’on peut faire pour agir sur ce sujet) sous la forme d'une prestation scénique.

On vous propose donc de vous accompagner à l'élaboration d'un outil vivant mélangeant les codes du spectacle et de la conférence. Vous pourrez ainsi raconter avec sincérité et détermination, donner à voir une colère politique.

Le résultat ? Une arme de destruction massive de la pensée dominante vous permettant de partager vos convictions à travers un outil détonnant !

La formation « Réaliser une conférence gesticulée » entre dans la catégorie des actions d'acquisition, d'entretien ou de perfectionnement des connaissances, ainsi que dans la catégorie des actions d'adaptation et de développement des compétences des salarié-e-s.

Cette formation a pour but de prendre le temps de ramasser de la matière (savoirs froids) sur un sujet qu'on souhaite décortiquer et analyser en revenant aux racines de ce sujet tout en faisant part d'expériences personnelles (savoirs chauds) par rapport à ce sujet. Le tout est agrémenté d'humour et d’auto-dérision pour aboutir à un atterrissage politique (ce qu’on peut faire pour agir sur ce sujet) sous la forme d'une prestation scénique.

Cette formation continue, de mars à novembre, aboutit à l'élaboration d'un outil vivant mélangeant les codes du spectacle et de la conférence. Vous pourrez ainsi raconter avec sincérité et détermination, donner à voir une colère politique, votre colère politique !

Le résultat ? Une arme de destruction massive de la pensée dominante vous permettant de partager vos convictions et vos colères à travers un outil détonnant !

Public : Tous publics. Pas de prérequis en matière de connaissances.

Objectifs de la formation

  • Construire une conférence gesticulée, outil d’éducation populaire et d’interpellation publique : être en capacité de construire un propos long, structuré et argumenté, qui mobilise et articule des connaissances universitaires et des savoirs d'expérience.
  • Prendre la parole en public : être en capacité d'exposer ce propos devant un auditoire, de produire des effets d'interpellation, de réflexion et de conviction, et de gérer la réception de l'auditoire et les interactions avec lui.
  • Acquérir des savoir-faire d'animation de groupe : être en capacité de mettre en œuvre des méthodes et techniques conduisant à la participation de tous les membres, et une production collective résultant et enrichie des différents apports individuels.

Contenus et méthode pédagogique

Les trois sessions de la formation correspondent à trois étapes progressives qui la structurent :

  • 1re étape : Écriture du plan complet de la conférence et de l’articulation théorique de ses éléments.
  • 2e étape : Présentation d’un début scénique de dix minutes et d’une improvisation d’une heure sur le sujet. Approfondissement théorique et scénique.
  • 3e étape : Présentation d’une proposition de conférence aboutie, structurée de manière à permettre à chaque stagiaire de finaliser sa conférence, sur la forme et le fond, grâce aux retours des formateurs et des autres stagiaires.

Les sessions comprennent des temps d'exposés théoriques et méthodologiques en plénière, qui viennent en alternance avec un travail individuel, en sous-groupes ou en plénière, de réflexion ou de mise en pratique.

Les apports théoriques concernent :

  • La notion d’éducation populaire (histoire, corpus théorique, méthodes pédagogiques), la réappropriation culturelle, le concept de conférence gesticulée, les formes de théâtre d’interpellation (théâtre de l'opprimé, théâtre action…), les enjeux du langage et la rhétorique, les courants pédagogiques / courants émancipateurs, la participation.
  • Les sujets des conférences gesticulées des stagiaires : orientations bibliographiques, analyses complémentaires, articulations à des problématiques voisines et aux sujets des conférences gesticulées des autres stagiaires.

Les apports méthodologiques exposés et mis en pratique concernent :

  • La construction d'un discours : contextualisation, problématisation, argumentation et structuration du propos ; recherches bibliographiques et construction d'un raisonnement et d'arguments ; illustration du propos et pédagogie.
  • La prise de parole en public : restitution d'un sujet dans une forme orale et production d'effets d'interpellation, de réflexion et de conviction ; gestion du corps, du mouvement et de la voix ; occupation de l'espace ; gestion des interactions avec l'auditoire.
  • L'animation d'un collectif : prise de parole et participation ; transmission d'expériences ; production collective (analyse, résolution, proposition d'actions).

Les principales consignes mobilisées :

  • « Doutes et certitudes » : Cette consigne consiste à faire s'exprimer les stagiaires, sous forme d’un groupe d’interview mutuel de trois personnes, sur leurs doutes et certitudes concernant la formation et l’élaboration de leur conférence gesticulée.
  • « Petite histoire – Grande Histoire » : Empruntée à Riccardo Montserrat, cette consigne a pour but de partager les histoires de vie et organiser la transmission des expériences.
  • L'« Archipel » d’anecdotes autobiographiques : Cette consigne a pour but de s’entraîner à la forme courte et efficace du récit d’une anecdote maîtrisée et donc sécurisante dans la situation d'exposition à un public. L’archipel est constitué d'une série d’anecdotes ponctuant ou éclairant le sujet principal de la conférence gesticulée.
  • Le « Cube » ou les facettes de la problématique : Métaphore empruntée à la technique de l’entraînement mental développée après guerre par l’association « Peuple et culture » de Joffre Dumazedier, cette consigne vise à réapprendre à penser les problèmes dans leur complexité en enrichissant la problématique de départ. L’image du cube est en effet celle d’un objet dont on ne peut jamais voir que trois faces mais qui en possède six.
  • Le « Scoubidou » des fils conducteurs : Cette consigne a pour but d'entremêler plusieurs fils conducteurs n’ayant apparemment pas de lien direct entre eux, pour organiser un récit original au sein duquel le sujet même de la conférence (le « Cube ») n’est plus qu’un seul des fils.
  • Le « Squelette » de la conférence : C’est la consigne qui permet de construire une structure de récit qui ré-articule tout ce qui a précédé : le « Cube », le « Scoubidou » et l’« Archipel ».

Moyens pédagogiques, techniques et d'encadrement mis en œuvre

Le nombre de participants pour cette formation est limité à 12 stagiaires.

Le lieu dans lequel se déroulera les sessions de la formation comprendra une salle de travail pouvant accueillir l'ensemble des stagiaires. Sa superficie, aménagement et équipement (tables, chaises) permet l'alternance de travaux en plénière, sous-groupes et individuels. Ce lieu réunit en outre les conditions et dispose de l'équipement nécessaire à la restauration et à l'hébergement de l'ensemble des stagiaires.

Le matériel nécessaire à cette formation est mis à disposition par L'ardeur : vidéoprojecteur, caméra, chevalet de conférence, connexion internet. Un support écrit est remis au stagiaire au cours de la formation. Il contient notamment les principaux éléments théoriques et méthodologiques dispensés au cours de la formation.

La formation est encadrée (en alternance ou simultanément) par trois formateur-rice-s, Juliette RYSER, Thierry ROUQUET et Franck LEPAGE, garant-e-s de son bon déroulement, de la cohérence des sessions, et de l'atteinte des objectifs. En cas de changement relatif aux formateur-rice-s prévu-e-s dans le présent programme, les stagiaires en seront informés dans les meilleurs délais.

Juliette Ryser - Détournement de fond

Suit les classes préparatoires du Conservatoire d’art dramatique de Genève, puis le cours d’art dramatique «Véronique Nordey» à Paris ; maîtrise de philosophie (Université de la Sorbonne) et licence de français (Genève). Professeure d'art dramatique auprès d'élèves du post-obligatoire ; comédienne ; metteure en scène ; création en 2011 d'une conférence gesticulée sur l'école, la culture et le théâtre ; encadrement de formations à la réalisation d'une conférence gesticulée depuis 2016.

Thierry Rouquet - Dernier tango pour les services publics

Géomètre de formation ; participation à de nombreuses formations de formateurs dispensées par l'association ATTAC France ; acquisition d'une connaissance approfondie de l'économie politique au contact d'économistes et de politologues reconnus (Jean-Marie Harribey, Bernard Friot, Dominique Plihon, Raoul Marc Jennar) ; intérêt pour l'éducation populaire depuis 1999, suivi d'une pratique, et d'une appréhension depuis 2005 des méthodes spécifiques développées par les mouvements historiques de l'éducation populaire ; conférencier depuis 2001 notamment sur le traité constitutionnel européen, l'organisation mondiale du commerce et la dette publique ; intervenant-formateur de 2012 à 2014 en établissements préparant au concours d'infirmier ; création en 2011 d'une conférence gesticulée sur les services publics et leur privatisation ; encadrement de formations à la réalisation d'une conférence gesticulée depuis 2015.

Franck Lepage - à l'initiative du concept conférence gesticulée et plusieurs conférences gesticulées à son actif

Titulaire d'un DEA théâtre, animation socioculturelle et sciences de l'éducation ; théoricien de l'éducation populaire ; formateur en éducation populaire depuis 1989 et au sein d'organismes de formation professionnelle depuis 2007 ; création de conférences gesticulées depuis 2005 ; encadrement de formations à la réalisation d'une conférence gesticulée depuis 2010.

Éléments complémentaires du parcours, années 90 - début 2000 : FFMJC (Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture) : directeur des programmes d'études et de formation, animateur d'une dynamique de recherche, mise en place de recherches actions ; INJEP (Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire) : chercheur associé, chargé de recherche ; ministère de la Jeunesse et des Sports : chargé de l’offre publique de réflexion sur l’éducation populaire auprès de la ministre, réalisation d'une étude et co-rédaction d'un rapport ministériel sur l'éducation populaire ; porteur de la question culturelle des MJC auprès du ministère de la Culture ; organisation de nombreux colloques avec les ministères de la Culture, et de la Jeunesse et des Sports ; nombreuses interventions en formation dans les IRTS (instituts régionaux du travail social) ou en licence professionnelle ; chargé d'études pour l'organisation internationale de la francophonie (publications) ; consultant pour la mise en place de démarches participatives locales et d’universités populaires. Années 70 - 80 : instituteur en classe de transition ; animateur ; création d'une compagnie de théâtre.

Évaluation

Des bilans collectifs et individuels seront effectués tout au long de la formation afin de mesurer les écarts potentiels entre les objectifs de départ et le déroulement effectif de la formation ainsi que la compréhension et l’appropriation des contenus par les stagiaires.

Dates, horaires et lieu

La formation se déroulera en 4 stages, temps forts de ce travail à la fois collectif et individuel :

  • samedi 26 - dimanche 27 - lundi 28 mars ;
  • samedi 18 - dimanche 19 - lundi 20 juin ;
  • samedi 10, dimanche 11 - lundi 12 septembre ;
  • samedi 5, dimanche 6 - lundi 7 novembre.

Au camping du Terroir, 99 chemin de Clairjoie à Présilly, entre Feigères et Andilly, dans le département de la Haute-Savoie.

Les stages commencent le samedi à 9h et se terminent le lundi à 17h. L'hébergement sur place de l'ensemble des stagiaires permet également des temps informels dans la continuité de la formation.

Le nombre de participants est limité à 12.

Un minimum de 8 personnes est nécessaire pour que la formation ait lieu. Nous gardons la liberté d'annuler la formation en dessous de ce nombre.

Coût

La formation comportera quatre modules répartis de mars à novembre 2016, soit 12 jours de formation, et s'élève à 2 475 € par stagiaire.

...Et Faits Planète est enregistrée comme organisme de formation sous le n°82 74 03144 74 auprès du préfet de région Auverge – Rhône-Alpes. Cet enregistrement ne vaut pas agrément.

Cela peut notamment vous permettre une prise en charge des frais engagés auprès du FDVA (Fonds pour le Développement de la Vie Associative) dans le cadre de la formation des bénévoles, auprès du CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale), ou encore de votre OPCA, dans le cadre de la formation professionnelle continue (Organisme Paritaire Collecteur Agréé).

Des droits existent pour financer vos formations, renseignez-vous. Si vous n'avez pas de possibilités de prise en charge, contactez-nous.

Inscription avant le 15 mars 2016

Contact
Contact : Estelle Despas ess@etfaitsplanete.org ; 06 37 79 83 02
Fichier attachéTaille
PDF icon programme_fevrier_2016.pdf152.52 Ko
Savoie Mont-Blanc

A propos de l'auteur

...Et Faits Planète

L'association d'information-formation « ...Et Faits Planète » existe depuis juillet 2007. Ses activités sont menées par une équipe dynamique et militante.

Elle vous propose :

Une revue électronique mensuelle d'information citoyenne : « ... Et Faits Planète »
Relais local d'information universelle, vous...

Coordonnées

59 rue du Pont
74130 Bonneville
Tél : 
09 62 60 90 74
Email