Travail, Salaire, Profit, Capital, Marché, Emploi : un regard clinique sur la modernité économique en 6 émissions (Arte / 15 Oct. 2019)

Thématiques : 
93 lectures

Que vous vous questionniez- ou non - sur ce qui pose les bases de notre modernité économique, la série documentaire diffusée à partir du 15 Octobre à 20h50 sur Arte (et disponible en VOD / DVD) propose une forme d’éclaircissement sur six de ses fondamentaux. Le panel d’experts internationaux réuni pour l’occasion s’accorde dans une mise en scène des plus sobres à raconter et questionner le néo-libéralisme ; au fil d’épisodes d’une heure se forge un socle de réflexion crucial sur sa réalité et sa raison d’être, via les thèmes suivants :

LE PROFIT

 

La finalité de la philosophie capitaliste semble vous échapper ? En une petite heure, les invités du documentaire de Mordillat et Rothé démontent minutieusement les mécanismes du moteur du progrès, en expliquent les fonctions et démontrent avec simplicité comment – voire pourquoi – cette machine tourne folle désormais.

D’une nécessité mathématique plutôt vertueuse à l’origine, le profit alors servant à réinjecter de la valeur dans les ressources de l’entreprise, il a mué vers le milieu des années ‘70 en ‘Plus Value’, soit la création de rentes financières, technologiques et foncières dévoyées.

 

LE TRAVAIL

 

Différents chercheurs abordent la notion de travail sous deux aspects : le travail renvoie aussi bien à un savoir-faire qu’à un effort. D’après Marx, cet effort peut être perçu comme une contribution de l’homme pour un temps déterminé, induisant un principe de subordination entre l’employeur et l’employé : l’un paye un service tandis que l’autre donne de son temps et loue sa force de travail en contrepartie.

La force de travail est-elle mesurable ? Dans un monde bouleversé par les mutations technologiques, le travail deviendrait-il obsolète ?

 

LE SALAIRE

 

Notre organisation sociale, basée aujourd'hui sur le salariat a-t-elle fait son temps ?

Dans cet épisode, des chercheurs et économistes nous informent sur ce sujet, remettant au passage en cause un système de salariat inégalitaire et aliénant. Pouvons-nous imaginer pour demain un travail basé sur une coopération plus libre, sans recours à l'aiguillon de l'argent, dans une conception du travail plus épanouissante ?

 

LE CAPITAL

 

Cet épisode débute par une interrogation simple à la réponse complexe : « D’où provient le capital ? ». S’il ne vient pas toujours de la vie ascétique d’un travailleur économe à l’âme d’entrepreneur, il peut être obtenu par divers moyens (parmi lesquels fraude, meurtre, pillages...). Dans les deux cas, accumulation de capital est accumulation de pouvoir.

L’épisode distingue ici trois ères du capital : marchande (acheter, vendre), productive (créer de la valeur via la production), financière (une sorte de méta-capitalisme où le capital crée de la valeur et rien d’autre).

Dans sa troisième ère, le capital se voit détourné par l’actionnariat, jusqu’à modifier la notion même d’entreprise dont le but devient exclusivement la création de valeur pour les actionnaires.

 

LE MARCHÉ

 

Le marché, sphère d’échange des économies de subsistance, avait à l’origine un caractère à la fois fondamental et limité ; il ne traitait que d’excédents jusqu’à ce que l’État transforme progressivement ce domaine de l’activité humaine en institution.

Du moyen-âge à nos jours, le Marché a su acquérir une lettre majuscule ; dans la continuité de la Révolution Industrielle, il s’est vu conférer une dimension quasi-divine avec l’aval des États-nation. L’industrie, par ailleurs, a travaillé d’arrache-pied depuis les 70's à une dérégulation totale, désormais garantie par l’État devenu progressivement variable d’ajustement du mécanisme capitaliste !

Ce principe central de l’économie, contrairement à l’idée répandue dans les milieux spécialisés, n’a pas toujours raison, comme vous pourrez en mesurer la perte au fil de ce documentaire.

 

L’EMPLOI

 

Il est courant d’interchanger les notions de « travail » et d’« emploi » : le travail désigne plutôt une activité physique tandis que l’emploi est en quelque sorte une institutionnalisation du travail avec des règles, des procédures, un contrat qui fixe les modalités de salaire et les missions attachées à ce travail.

De nos jours, différentes techniques sont mises en œuvre afin d’améliorer le bien-être des salariés et par conséquent leurs performances de travail - comme l’apparition dans certaines entreprises d’un « chief happiness manager ». Ces méthodes ne peuvent dissimuler la recrudescence des maladies professionnelles, voire des suicides. À l’ heure où dans le monde du travail s’accroît l’automatisation , la robotisation et la place dévolue à l’intelligence artificielle, les chercheurs s’interrogent sur le futur de l’emploi et parmi les hypothèses envisagées apparaît l’idée d’un revenu universel donné à tous sans condition…

 

A propos de l'auteur

Alpesolidaires Association

L’association Alpesolidaires a été créée en novembre 2004 et réunit des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) de l’agglomération grenobloise autour d'un projet territorial de l'ESS.
 
Contacter l'association : asso@alpesolidaires.org – 06.68.35.32.22
Contacter l'administration du site :
...

Coordonnées

Maison des associations
6 rue Berthe de Boissieux
38000 Grenoble
Tél : 
06 68 35 32 22
Email